latitude-58-accueil
Illustration Bernard Reymond

“À cette époque, j’écrivais des douzaines et des douzaines de ces romans aux couvertures bariolées qui font la joie de la jeunesse.
… Jamais je n’ai connu, comme en les écrivant, l’ivresse de l’aventure.”

– Georges Simenon

Chère visiteuse, cher visiteur,

Bienvenue sur mon site ! J’aimerais ici partager avec vous ma passion d’inventer l’aventure et vous faire découvrir mes histoires.

J’aime écrire des romans à suspense. Ils sont parfois situés dans un contexte historique et souvent dans le cadre de la mer, ou du voyage en général. Un été 1928, sorti le 6 juin 2019, s’inscrit dans cette tendance. Il vous propose de vivre un été 1928 riche en émotions, entre fêtes parisiennes, folles équipées en voiture, en avion ou en dirigeable et rencontres de personnages historiques, sympathiques ou inquiétants.

Parallèlement à mon activité de romancier, en collaboration avec mon frère Didier, j’ai réalisé un petit ouvrage documentaire qui relate les points saillants du développement du tourisme en Suisse, entre 1840 et 1914 : Quand les voyageurs découvraient la Suisse. Ce livre est paru en octobre 2019.

– Gilles de Montmollin

Gilles-de-Montmollin

Extrait de Un été 1928

     On entame un charleston. Ma partenaire est une virtuose et j’ai du mal à ne pas paraître ridicule, par contraste. Surtout qu’ici, les gens adorent regarder les couples évoluer sur la piste. Suit un fox-trot. Moins démonstratif que le charleston. Et plus intime. Céline en profite pour demander :
     – Quelle était donc cette discussion si sérieuse que vous aviez entre hommes ? L’aviation ?
     – Ah ! Vous croyez qu’il n’y a que cela qui nous intéresse ?
     Elle rit :
     – Lui, certainement pas. Et vous ?
     Elle danse plutôt serré ; je sens son ventre et ses cuisses me frôler et, par moments, durant une seconde ou deux, se presser contre moi.
     – Non… En fait, on discutait de choix de vie. Tenter de gagner sa subsistance comme pilote, de vivre de sa passion. Ou choisir un métier moins excitant. Et plus rémunérateur.
     – Et la conclusion ?
     Sa voix est chaude, un peu mouillée.
     – Il n’y en a pas. Sauf que je n’ai pas de travail, en ce moment.
     Elle me regarde droit dans les yeux, l’air soudain grave :
     – Et lui, en a-t-il vraiment un ?
     – Vous plaisantez !
     – J’espère…

Gilles de Montmollin

le site officiel des aventures de Gilles de Montmollin